Réalisations

____________________

LA STATUAIRE

Le choix des restaurations effectuées a été réalisé avec l’accord de la D.R.A.C : les trois statues en bois polychrome ont d’abord été examinées par trois ateliers dont les diagnostics et les coûts ont été débattus en réunion du Conseil d’Administration : l’atelier Arc Restauro a été choisi.

Saint-André, XVème siècle :

La statue en ronde-bosse est probablement en bois de noyer ; elle était encrassée et couverte de plusieurs surpeints qu’il a fallu dégager.

Saint-Sébastien, XVIème siècle :

Cette statue est en bois de fruitier, elle est recouverte de quatre strates de polychromie ; le dos a été évidé pour sculpter le tronc d’arbre auquel Saint -Sébastien est attaché.

La Vierge de Pitié, XVIIème siècle :

La statue est taillée en ronde bosse en bois de tilleul, dans un seul bloc, mais parcourue par une fente qui part du socle jusqu’au voile de la vierge.
Les surpeints successifs ont été enlevés mais la dorure du manteau, le vert de la terrasse et le surpeint beige du perizonium ont été conservés.

Le retour des trois statues restaurées a eu lieu le 9 novembre 2012 en présence des personnalités et des élus, et d’un public intéressé venu en nombre apprécier ce premier travail.

Cliquez sur une image pour afficher le diaporama.

____________________

LE RETABLE ET SON TABLEAU

Au début du 18ème siècle, une famille de maçons italiens vient travailler en Franche-Comté ; il paraît vraisemblable que Jean-Antoine Marca serait le créateur du Retable avec ses colonnes en stuc, ses angelots et ses statues : la Vierge de l’Apocalypse d’une part et Saint-André d’autre part. Le centre est occupé par un tableau peint par Claude-Adrien Richard (1662-1748), il représente la lapidation de Saint-Étienne. Certes ce tableau restauré en 2013 est authentifié par la signature du peintre Claude-Adrien Richard; cependant il présente quelques similitudes avec celui de Lebrun 1651 (Chapelle Saint–Éloi, Notre-Dame de Paris). Le blason de la famille Froissard de Broissia « d’Azur au Cerf d’or passant », peint dans l’angle inférieur gauche du tableau, pourrait être le symbole d’une donation. Voir le tableau.

 

____________________

 

 LE CALVAIRE

La restauration du calvaire a été très bien exécutée par les restaurateurs qui ont minutieusement gommé les outrages du temps et ont respecté jusqu’aux plus petits détails de la pierre.

Le Christ a un visage d’une beauté remarquable, qui exprime la souffrance acceptée. Le plissé de son périzonium est finement sculpté. Les proportions de son corps et son attitude sont parfaites.

la vierge a un visage qui exprime la douceur et son regard, plein de bonté sur notre pauvre monde, est celui d’une mère qui veut réconforter et veiller sur tous ses enfants. Le plissé sobre de sa robe est très élégant.

périzonium (du grec: περίζωμα, autour de la ceinture), ou pagne de pureté, désigne le morceau d’étoffe servant à cacher la nudité de Jésus en croix.

CALVAIRE

 

_____________________

LA CHAIRE A PRECHER a retrouvé son lustre, débarrassée et protégée des insectes xylophages.

 

Chaire supDétails de la chaire sup

Les pièces manquantes, ont été reproduites à l’identique, et remises en place. Toutes les admirables sculptures ont été minutieusement débarrassées des affres du temps qu’elles avaient subies. La chaire à prêcher a retrouvé toute son élégante beauté, malgré ses trois siècles d’existence.

____________________

LES FONTS BAPTISMAUX ont été nettoyés et protégés des insectes xylophages.

 

fonds baptismaux sup

 ______________________

RESTAURATION EXTERIEURE DE LA SACRISTIE

BAIE

La sacristie rénovée sous l’égide de la commune met en valeur la magnifique baie géminée.

Les travaux se poursuivront par la restauration du coeur et de la nef en 2015

 

 

 

 

 

 

 

Publicités